Aller au contenu principal
Retour d'expérience de Nice sur le DARDE

Réalisation du DARDE

La réalisation du DARDE, retour d’expérience

La Fondation Pauliani à Nice, est un établissement d’accueil de résidents dépendants de 214 lits. Elle a bénéficié en avril 2016 de l’accompagnement de Neeria dans le cadre de la réalisation du DARDE. Monsieur Dinet, adjoint de direction de l’établissement, nous fait part de son retour d’expérience.

Retour d'expérience de Nice sur le DARDE

Le DARDE, Document d’Analyse des Risques liés aux Défaillances Energétiques, relève d’une obligation réglementaire relative à la sécurité des personnes hébergées, en cas de défaillance d’énergie (décret du 26 mai 2009 n°2009-597 et instruction interministérielle du 7 décembre 2015). Sont concernés les établissements médico-sociaux qui assurent un hébergement collectif permanent et dispensent des soins pris en charge par la Sécurité sociale.

Le DARDE permet d’identifier les risques de panne électrique, d’en analyser les conséquences sur la prise en charge des usagers dans l’établissement et de définir des solutions pour assurer la continuité d’activité.

Si la question de la réalisation du DARDE ne se pose pas compte tenu de son caractère réglementaire, l’accompagnement relève d’une démarche volontaire. C’est ainsi que la fondation Pauliani a souhaité bénéficier du regard extérieur et des méthodes de travail des consultants Neeria afin de compléter ses réflexions déjà menées en interne.
 

Monsieur DINET, vous êtes adjoint de direction de la fondation Pauliani. Quel est votre retour sur l’accompagnement par Neeria ?

Cela a représenté un gain de temps non négligeable, car nous n’avions pas la possibilité de dédier des ressources internes pour ce projet.
 

Les consultants Neeria ont été un réel appui sur l’identification et l’analyse des risques, avec une prise en compte de nos spécificités.

Leurs connaissances des particularités du secteur médico-social leur ont permis de répondre totalement à nos attentes. Ils nous ont permis d’identifier des axes d’amélioration prioritaires. Nous avons aujourd’hui une vision plus objective de nos risques !


 
Pour quel résultat au final ?

Le DARDE qui nous a été remis à l’issue de la mission présente une analyse détaillée et une synthèse des résultats.
 

Nous avons pu prioriser nos actions et identifier les travaux les plus urgents.

Une séance de présentation et d’échange sur les actions préconisées a été organisée au sein de l’établissement.
 
Une de nos principales questions a aussi été résolue : était-il nécessaire d’installer un groupe électrogène ? La réponse est non : le niveau de dépendance des résidents et les moyens déjà en place font que les risques sont limités pour la santé des résidents.


Quelles sont les prochaines étapes ?

Il est essentiel de faire vivre le DARDE. Au-delà de l’obligation réglementaire, il doit avant tout servir à la sécurité de nos résidents. Nous allons donc faire un suivi du plan d’actions proposé par Neeria et réaliser une réévaluation du risque au fil de son application.


Comment avez-vous communiqué sur le sujet ?

La démarche a été validée au préalable par notre Conseil d’Administration et la direction a été intégrée dans le groupe de travail : Madame Manzi, directrice de l’établissement et moi-même. Durant les deux journées d’accompagnement, plusieurs ressources ont également été sollicitées : le responsable incendie, la cadre de santé sur la partie soignante et la continuité des soins.
 

L’ensemble du personnel a été informé lors des formations incendie de la réalisation du DARDE et de la façon dont il s’intègre dans notre plan bleu.

Nous n’avons pas encore communiqué auprès des résidents ou des familles concernant les scénarios et solutions de sécurité envisagés. Le livret interne pourrait être une option.

Propos recueillis par l’équipe du Portail Prévention le 27/06/2016.

 

Article Extrait du numéro 13 de Sham Repères

 

Ce contenu vous a-t-il été utile ?

Dans la même thématique…